L'anonymat dans les transactions en cryptomonnaies, la bête noire du gouvernement américain

BitcoinCours.com, le 25 Juillet 2017

Bitmixer est un outil en ligne qui permet d'effacer les traces des transactions en bitcoin. Le bitcoin est une monnaie dont les transactions sont toutes visibles sur
la blockchain par tout le monde, et donc traçables. La transparence est une bonne chose. En revanche, il n'y a pas d'option intégrée dans le code du bitcoin pour l'anonymat complet (seul le pseudonymat est intégré). Pour faire une transaction privée intraçable, des utilisateurs ont recours à des mélangeurs de transactions comme bitmixer, qui brisent la traçabilité pour de petites sommes.
Or il y a deux jours, bitmixer.io a annoncé la fermeture définitive de ses services et ce malgré de bons résultats:

"Salut à tous!
Malgré l'énorme profit que nous engrangeons, nous fermons notre activité. Permettez-moi d'expliquer pourquoi.
Je suis un enthousiaste du bitcoin depuis 2011. Lorsque nous avons commencé ce service, j'étais convaincu que tout utilisateur du Bitcoin avait un droit naturel à la vie privée. J'avais tout à fait tort. Maintenant, j'ai compris que Bitcoin est un système transparent non anonyme par conception. La blockchain est un excellent livre ouvert. Je crois que Bitcoin aura un grand avenir sans transactions du dark market. Vous pouvez utiliser Dash ou Zerocoin si vous souhaitez acheter de l' herbe. Pas Bitcoin.
J'espère que notre décision aidera à rendre l'écosystème Bitcoin plus propre et transparent. J'espère que nos concurrents entendront notre message et fermeront leurs services aussi. Très vite, ce genre d'activité sera considérée comme illégale dans la plupart des pays.
À votre santé,
Bitmixer.IO"

Cette déclaration a suscité de nombreuses réactions sur bitcointalk et dans la communauté reddit de Monero, monnaie intraçable et anonyme. Beaucoup avancent l'hypothèse selon laquelle l'administrateur de Bitmixer, un des plus gros service de mixage, aurait été contraint de fermer son service à cause de pressions du FBI ou d'interpol. Sa déclaration, incohérente pour un bitcoineur de longue date, lui aurait été dictée par les agents ou alors serait un message d'alerte comme quoi le site est compromis. Difficile de confirmer ces hypothèses, mais tout cela a du sens car il y a de nombreux faits récents qui montrent que le gouvernement américain cherche à casser l'anonymat existant dans le monde des cryptomonnaies.

- L'audition en Juin 2017 d'experts en criminologie et de traçage des bitcoins auprès du comité de lutte contre le terrorisme et la finance illicite, a révélé que les échanges de cryptomonnaies offshore (hors-USA) n'ayant pas de license sont l'ennemi à combattre pour le gouvernement américain, à cause d'une mise en danger de la sécurité nationale. Il en va de même pour les services de mixage.
En fait, le nerf de la guerre est l'anonymat car les échanges non licensiés n'ont pas de contrainte de KYC/AML, et les services de mixage obscurcissent les transactions.

- Pas plus tard que le 8 juillet 2017, un développeur core de Dash, une monnaie qui utilise sur sa blockchain un service intégré de mixage (les masternodes), expliquait à sa communauté avoir été contacté par le FBI pour un entretien informel afin d'en savoir plus sur Dash:

"Il y a quelques semaines, nous avons été contactés par l'équipe de monnaie virtuelle au NCIJTF, un groupe de travail d'organismes fédéraux dirigés par le FBI. Ils ont déclaré qu'ils communiquaient régulièrement avec les experts et les acteurs de l'industrie pour garder leurs connaissances à jour, voulaient en savoir plus sur Dash et organiser une réunion. Nous avons échangé quelques courriels pour en savoir plus sur leurs intentions et, après réflexion, nous avons décidé de ne pas les rencontrer.
Nous comprenons que l'application de la loi a un rôle très important dans la société et l'équipe de Dash Core s'engage à toujours respecter la loi partout où elle opère. Dans ce cas, il semble qu'ils veulent seulement s'éduquer et veulent un point de contact pour référence future. Cela n'est pas forcément mauvais, mais nous ne voulons pas créer une dynamique qui pourrait conduire à des situations inconfortables pour quiconque dans le projet. En plus de cela, la seule information que tout individu dans l'équipe possède est ce qui est disponible publiquement dans la chaîne de blocs ou sur notre site. Toute personne avec un ordinateur peut fournir autant d'informations que l'équipe, donc il ne sert à rien de les rencontrer. Nous leur avons clairement indiqué.
Dash est tout à fait légal et cela a toujours été l'opinion de tous les avocats que nous avons consulté depuis le début du projet. Être contacté par les autorités est naturel lorsqu'un projet atteint la taille et la notoriété que Dash possède. Nous partageons cette information parce que nous nous engageons à la transparence avec la communauté, non pas parce qu'il y a un problème. Toutefois, si quelqu'un a des doutes ou est contacté par les forces de l'ordre concernant Dash, n'hésitez pas à me contacter si vous le désirez. Évidemment, s'il s'agit d'un problème urgent ou grave, contactez d'abord un avocat dans votre juridiction."

Il est triste de constater que nous vivons dans une époque ou l'anonymat financier est menacé et pointé du doigt par les services de répression du gouvernement américain et de bien d'autres gouvernements dans le monde. Il ne faut pas se leurrer, lorsque des agents du FBI cherchent à prendre contact avec une équipe de développeurs, ce n'est pas bon signe, il y a une volonté derrière de faire pression. Les méthodes du FBI sont connues, voilà ce que twittait le créateur de la messagerie cryptée Telegram en Juin 2017:

"Au cours de la 1ère semaine de notre visite aux États-Unis l'année dernière, nous avons eu deux tentatives de soudoyer nos développeurs par des agences américaines + de la pression sur moi par le FBI.



Quelle conclusion tirer de ces événements?

La décentralisation prend tout son sens: si Bitmixer avait été un service décentralisé, l'administrateur aurait pu être menacé, mais il n'aurait pas pu fermer le service. Il en va de même pour les cryptomonnaies offrant l'anonymat: si l'équipe de développement est corrompue ou inflitrée, il n'est pas possible de fermer la blockchain décentralisée, copiée sur des milliers d'ordinateurs d'utilisateurs. Il est en revanche sûrement possible d'influencer sur la feuille de route si plusieurs développeurs influents sont corrompus.  Il faudra voir comment les cryptomonnaies Dash, Monero, Zcash vont résister aux tentatives de répression des gouvernements si l'une d'elles gagne en notoriété et commence à inquiéter sérieusement les autorités. Si le développement résiste, les autorités essaieront sans doute de punir les utilisateurs ou les marchands.