Les crypto-devises battent des records mais des problèmes surgissent

BitcoinCours.com, le 06 Juin 2017

La masse totale des crypto-monnaies en circulation vient de dépasser aujourd'hui le chiffre record de 100 milliards de dollars, bien plus que la
capitalisation de Paypal évaluée à 65 milliards de dollars. Bitcoin représente 46.26% de cette masse, Ethereum 23.63%, Ripple 10.99% et le reste se partageant entre plus de 800 cryptos différentes selon les données Coinmarketcap.com.

Le Bitcoin, qui vient de franchir aujourd'hui un plus haut historique de 2900$, surperforme cette année encore toutes les classes d'actifs traditionnels du monde de la finance. Depuis le début de l'année 2017: Bitcoin +200%, Nasdaq composite +16.9%, Or +11,5%, S&P500 +8.81%.

Comparer les performances exceptionnelles du Bitcoin aux actifs traditionnels n'est à vrai dire ni fair-play ni convenu. Cela pourrait mettre mal à l'aise les gérants de portefeuilles boursiers et leurs faibles rendements. Pour être plus précis et juste, il faut comparer bitcoin à ce qui est comparable, c'est-à-dire les cryptomonnaies.

Les cryptomonnaies établissent aussi des records de capitalisation et de prix. Ethereum, Monero, Dash, Waves, Stratis et plein d'autres. Bitcoin reste la crypto la plus capitalisée et la plus connue mais sa domination et ses fondamentaux demeurent fragiles.

Tous ceux qui ont connu la naissance des réseaux sociaux ont en mémoire l'échec du réseau social MySpace face à Facebook. Avant l'année 2007, tout le monde était à peu près sûr, comme pour Bitcoin aujourd'hui, que Myspace allait devenir le réseau social de référence. C'était sans compter l'apparition d'un nouveau venu sur le marché, Facebook, qui en peu de temps captait progressivement l'effet réseau de Myspace et le mettait K.O par la suite, sans retour possible.

courbes des volumes de recherche dans google pour les mots Facebook et Myspace

Aujourd'hui, le Facebook en question serait Ethereum, créé il y a deux ans seulement et utilisant un langage de programmation différent de celui du bitcoin. En peu de temps, le nombre de transactions d'Ethereum s'est accru rapidement et s'approche du niveau de Bitcoin. Aujourd'hui: Ethereum ~200K transactions par jour, Bitcoin ~300K.

Nombre de transactions uniques par jour, ETH / BTC

Les cryptomonnaies sont des chaînes de bloc décentralisées et n'ont rien à voir avec les réseaux sociaux qui sont des entreprises centralisées. Cependant, les réseaux sociaux ont connu des problèmes de développement similaires à ceux que font face aujourd'hui les cryptomonnaies: la scalabilité et l'utilisabilité. Pour être un moyen de paiement effficace pour les commerces ou être utilisée dans des machines (via les smart contrats), une cryptomonnaie doit-être scalable et facile d'utilisation. Bitcoin est la cryptomonnaie qui semble avoir le plus de problèmes actuellement dans ces domaines. Parce que les acteurs du bitcoin n'arrivent pas à se mettre d'accord sur la méthode à appliquer pour créer de la place dans les blocs, la chaîne bitcoin fonctionne en surcapacité et n'arrive plus à accueillir toutes les nouvelles transactions. Cela entraîne une hausse considérable des frais et des délais dans le traitement des transactions. Beaucoup d'utilisateurs galèrent lorsqu'ils effectuent des transactions en BTC.

Frais moyens de transaction en $ pour les différentes cryptos, au 4 Juin 2017

Comme on peut le voir sur le graphique ci-dessus, Ethereum avoisine bientôt les 1$ de moyenne de frais, bien en dessous des 4$ du bitcoin, certes, mais assez pour inquiéter déjà sa communauté. Les utilisateurs d'Ethereum ne souhaitent pas connaître les mêmes problèmes que bitcoin. Face à un début de légère protestation, l'équipe des développeurs a rapidement solutionné le problème en diminuant les frais de 80%. Cette écoute des utilisateurs et le souci de rendre leur expérience la meilleure possible, tout en préservant la sécurité de la chaîne de blocs, est un des gros point fort d'Ethereum. Cela tranche avec les développeurs de Bitcoin Core, pour qui la hausse des frais n'a jamais été un problème - "Bitcoin ça se mérite" ou "Bitcoin c'est de l'or digital, pas un moyen de paiement" - et qui n'ont pour la plupart aucune préoccupation de l'utilisabilité, voir pour certains un mépris total des utilisateurs. Il y a 4 jours, un utilisateur trouvait que les frais étaient inacceptables et le faisait savoir sur le reddit censuré du bitcoin. Un des développeurs Core du bitcoin, Luke-Jr, lui a répondu: "Alors utilises la monnaie fiat. Pour le même service ils te factureront 0.5%."
Voilà vous l'aurez compris, si vous n'êtes pas content avec les frais du bitcoin, utilisez les euros, les dollars ou votre monnaie locale. Inutile d'aller se plaindre chez Luke-Jr, ce n'est pas son problème.

La facilité avec laquelle les développeurs d'Ethereum règlent les problèmes et l'ascension rapide du projet en terme de capitalisation, provoquent énervement et jalousie dans la cryptosphère. Le patron de Blockstream et influent développeur du bitcoin attaque sur twitter Vitalik Buterin, le créateur d'Ethereum. Il évoque pour cela un problème survenu sur un smart contrat d'Ethereum qui a provoqué des pertes sur un échange canadien.  Le développeur principal de Monero, lui, traite Vitalik Buterin d'escroc sur twitter, rien que ça...
Ces attaques basses et maladroites révèlent bien la médiocrité de communication et l'immaturité de certains développeurs de la cryptosphère, mais surtout leur impuissance face à la montée du projet Ethereum, que rien ne semble arrêter. Paris et jeux en ligne, noms de domaines en .eth, icos, finance, monnaie pour commercer, darknet, projets en toute sorte, Ethereum est bientôt présent dans tous les domaines grâce à des développeurs de talents soudés, concentrés sur une innovation permanente et sur l'écoute des besoins des utilisateurs et entreprises.

Un compromis de la dernière chance pour résoudre les problèmes de scalablité du bitcoin semble avoir été trouvé et Jeff Garzik, un développeur courageux, est en train de coder cette solution malgré des critiques et des attaques venant pour la plupart des trolls blockstream et uasf (uasf est une protestation de ce compromis et propose une autre technique de scalabilité avec des développeurs incluant Luke Jr, cité plus haut dans cet article). Il faut préciser que Jeff Garzik a le soutien de nombreux acteurs de la communauté qui souhaitent voir le bitcoin avancer, même avec une solution imparfaite.

Ethereum sera-t-il le prochain Facebook des cryptos, relayant bitcoin à l'état de Myspace? Si de nombreux signes, dont ceux évoqués dans cet article, montrent que tous les ingrédients sont là et que l'effet de réseau du bitcoin n'est pas garanti, rien ne peut permettre d'affirmer qu'Ethereum dépassera Bitcoin. Dans le monde des cryptomonnaies encore jeune, l'expérience a prouvé que rien n'est prévisible et que de nombreux retournements de situation peuvent arriver. De plus, les cryptomonnaies pourraient co-exister dans l'avenir, comme le font les monnaies fiat aujourd'hui.